Pansons le monde autrement

Pansons le monde autrement

« La santé n’a pas de prix ? Pansons le monde ... Autrement ! »

Entre 2003 et 2007, Solidarité Mondiale a pris l’initiative de lancer une vaste campagne de sensibilisation, de formation et de pression politique.

Cette campagne avait pour objectif politique majeur « la lutte pour l’accès aux médicaments essentiels » dans le cadre plus large de l’enjeu mondial d’accès à la santé pour tous.

Pourquoi ce thème ?

Le secteur multinational pharmaceutique est devenu une source de profit extraordinaire pour les investisseurs. Mais, dans le même temps, la logique du profit entraîne une sélection des investissements en recherche et développement qui exclut une série de maladies endémiques (malaria, tuberculose, sida …) localisées plus spécifiquement dans les pays du sud de la planète.

L’enjeu de l’accès à la santé et du choix des thérapies, donc dans une plus large mesure du choix des médicaments et de leur accessibilité, rejoint des préoccupations que les organisations sociales portent quotidiennement. Une campagne sur ce thème a permis, dès lors, d’y associer largement ces organisations.

D’autre part, un grand nombre de nos partenaires dans les pays du Sud développent des initiatives intéressantes dans le domaine des soins de santé. Notre campagne se devait aussi de renforcer des partenariats existants ou d’initier de nouvelles relations avec des organisations du MOC.

Les objectifs de la campagne ?

Le premier objectif politique visait à faire pression sur des acteurs essentiels que sont l’OMS (Organisation mondiale de la santé), le secteur pharmaceutique et l’OMC (Organisation mondiale du commerce). Il s’agissait d’interpeller l’OMS et l’OMC sur la question de libéralisation et de privatisation des services de santé, l’OMC sur la question des brevets et le secteur pharmaceutique sur la non recherche et le non-développement de médicaments destinés à lutter contre les maladies endémiques des pays du Sud pour cause de non profitabilité financière.

Le second objectif consistait à mobiliser les acteurs du MOC sur ces enjeux et de mobiliser également les énergies pour réaliser des partenariats entre des groupes sociaux du Nord et des acteurs sociaux du Sud dans le domaine de la santé.

Le troisième objectif, éducation et formation, visait à interpeller les acteurs sociaux du Nord sur les modèles de consommation de médicaments et les conséquences que cela entraîne dans les pays en développement. Au niveau de la formation, l’attention était focalisée plus particulièrement sur les causes (pauvreté, inégalités, manque d’infrastructures, de non accès à la santé de manière plus générale).

Quelles activités ont été réalisées ?

En 2003, Solidarité Mondiale a présenté les résultats d’une étude réalisée par l’Université de Gand, traitant de cette question d’accès aux médicaments essentiels dans les pays en développement.
Une synthèse de cette étude est disponible auprès de notre secrétariat.

Après cette Journée d’étude, Solidarité Mondiale a diffusé très largement une plaquette d’information destinée à sensibiliser le public aux grands enjeux de la santé au plan mondial. De nombreuses rencontres de formation, des conférences, des animations ont été réalisées un peu partout en Wallonie et à Bruxelles. Les organisations sociales du MOC, essentiellement les centrales syndicales et les mutualités, ont pris en compte cette campagne et ont relayé nos documents auprès de leurs membres. Une valise pédagogique a été réalisée pour permettre aux animateurs régionaux de maîtriser les différents axes d’action de la campagne.

En 2004, un Colloque international a également été organisé avec la participation de plusieurs partenaires du Sud. C’est ensemble, au cours d’ateliers favorisant les échanges et la discussion, que les principales revendications de la campagne ont été élaborées. Ainsi ces revendications sont-elles en phase avec les réalités vécues sur le terrain par la population des pays du sud.

En 2005, ces revendications ont encore été complétées, critiquées et finalisées lorsqu’elles ont été confrontées à divers experts internationaux, membres de centres d’étude ou de recherche et membres d’autres ONG.

L’année 2006 a principalement été consacrée à la diffusion de la pétition en vue de sa signature et du plaidoyer politique.

Les six revendications de la campagne :

  • Solidarité Mondiale demande la suppression de toutes les entraves à la libre circulation des médicaments essentiels ... Car le droit à la vie prime sur le droit des brevets !
  • Solidarité Mondiale, avec ses partenaires locaux, veut agir pour que les Etats du Sud puissent consacrer plus de moyens à la promotion de la santé ... Prévenir plutôt que guérir !
  • Solidarité Mondiale exige la transparence et la baisse du prix des médicaments.
  • Solidarité Mondiale demande l’instauration d’une taxe de solidarité sur le chiffre d’affaires des firmes pharmaceutiques.
  • Solidarité Mondiale veut promouvoir l’utilisation de médicaments génériques essentiels en demandant la prescription en dénomination commune internationale (DCI) et en agissant pour que ces médicaments soient disponibles et accessibles aux populations qui en ont besoin.
  • Solidarité Mondiale souhaite promouvoir le financement complet du Fonds Global des Nations Unies pour le traitement du sida, de la malaria et de la tuberculose.