Semaine internationale : treize visages des mouvements sociaux en Asie et en Afrique

Semaine internationale : treize visages des mouvements sociaux en Asie et en Afrique

14 mai 2013

Semaine internationale 2013 : du 15 au 26 avril, 13 partenaires issus d’Afrique et d’Asie sont venus donner un visage à la lutte pour la justice sociale menée en Inde, au Niger, au Congo, en Guinée, au Sénégal, au Togo et au Mali. Les échanges sud-sud ou sud-nord, nombreux et fructueux, ont confirmé qu’il est de plus en plus nécessaire d’évoquer les questions sociales, économiques et politiques dans leur dimension internationale.

Certes, les contextes sociaux, économiques, politiques et culturels sont différents mais les questions posées sont les mêmes, au nord comme au sud : le tout à l’économique, le non emploi, la protection sociale,…

Programme national

Accueillis à Ter Nood pour une première partie de programme commun, ces représentants de mouvements mutualistes, syndicalistes ou encore d’économie solidaire y ont été introduits au contexte de l’organisation et, plus généralement, du pays dans lesquels ils atterrissaient.

Le 17 avril, Solmond a profité de leur présence pour organiser une journée d’étude particulièrement riche. Nous avons ainsi pu confronter en direct notre vision du développement avec leur réalité, et par la même occasion clarifier le concept de « mouvement social ».

Avant de rentrer au pays, nos partenaires ont encore eu l’occasion de participer à un jeu de rôle sur la protection sociale, ainsi qu’à un atelier sur le thème du genre. Les évaluations ont mis en lumière leur satisfaction à l’issue de ce programme riche qui aura renforcé leurs compétences non seulement grâce aux rencontres avec les acteurs de nos organisations, mais aussi par les échanges entre eux.

Petit retour sur quelques activités en région

Homer BULAKALI, docteur au Bureau Diocésain des Œuvres Médicales du Sud Kivu (RDC) était l’hôte de la Fédération de Wallonie Picarde. Responsable de la prise en charge de soins à domicile des personnes du troisième âge, il rencontre ses patients en allant de porte en porte dans les quartiers populaires. A côté des soins apportés aux pathologies chroniques, le docteur Bulakali, préoccupé par les traumatismes psychiques liés à la guerre, travaille également à la détraumatisation des masses. Durant son séjour, il a enchaîné de nombreuses rencontres et activités dont une intervention à Radio Altéo, la visite d’une maison médicale, un Midi du Monde, etc.
Homer a également fait une intervention dans la fédération Hainaut Centre qui n’avait pas de partenaire attitré durant cette semaine mais en a reçu 3.

Outre Homer BULAKALI, la CSC a reçu le partenaire togolais Yves DOSSOU de l’ONG SADD qui fut notamment la cheville ouvrière d’un combat exemplaire en faveur des travailleurs des zones franches. Le troisième invité, Seydou COULIBALI, a participé à une conférence à deux voix avec le professeur Marc LABIE sur le thème du microcrédit.

C’est principalement la Fédération de Liège-Huy Waremme qui a accueilli Seydou COULIBALI, partenaire malien, responsable de l’association KONDO JIGIMA dans la région de Ségou. Cette Union des Caisses Associatives d’Epargne Crédit pratique notamment l’octroi de microcrédits. Outre l’explication de son travail et les rencontres avec de nombreux responsables, militants ou participants d’activités du MOC ou des ses organisations, il a pu apporter son témoignage sur la situation politico-militaire du Mali à l’occasion d’un Midi du Monde co-animé avec Didier CORNET, responsable international à la MC Hainaut Oriental.

La fédération de Verviers accueillait deux partenaires sénégalais  : Jean-Joe TINE, Secrétaire Général de la Coordination des Mutualités de Santé de la région de Thiès et Ndeye Seyni KANE, coordinatrice Protection Sociale auprès de l’ONG GRAIM qui soutient entre autres le travail mutuelliste dans la même région. Ils ont pu avoir de nombreux échanges avec les responsables et des militants des organisations constitutives du MOC, ainsi qu’avec les stagiaires de l’EFT CROC ESPACE. Ils ont pu aussi rencontrer d’autres publics grâce aux activités ouvertes : le film « La petite vendeuse de soleil » du réalisateur Djibril DIOP MAMBETY a introduit un débat sur la place des femmes au Sénégal. « Kinshasa Kids », projeté en présence du réalisateur Marc Henri WAJNBROSSE et de 150 spectateurs, a permis d’aborder le travail des enfants. Un Yindou mêlant militants et communautés africaines a ravi les amateurs de fête.

Diaporama

Sur la même thématique