AIM Togo : Les mutualités ouvrent leurs portes à la protection sociale

AIM Togo : Les mutualités ouvrent leurs portes à la protection sociale

13 février 2019

« Pouvoir se rendre chez le médecin quand c’est nécessaire sans avoir de problème à payer la consultation, n’est-ce pas ce à quoi tout le monde aspire ? » Voici ce que souligne l’un des ‘ODD’ (Objectifs du Développement Durable) lié à la santé pour tous ! En Afrique notamment, les Etats travaillent à un rythme effréné pour l’introduction d’une Couverture Maladie Universelle (CMU). Ainsi, les 22 et 23 janvier dernier s’est tenue, à Lomé au Togo, la deuxième Conférence Internationale de l’AIM (Association Internationale des Mutualités) à laquelle Solidarité Mondiale-WSM, la Mutualité Chrétienne et nos organisations africaines partenaires ont pris part.


L’Association internationale de la Mutualité (AIM) a réuni plus de 200 dirigeants de fonds d’assurance maladie de 30 pays d’Afrique et d’Europe pour cette deuxième Conférence Internationale. Ensemble, ils représentent environ 240 millions de personnes. Sous le thème ‘le pari de la Mutualité pour le 21e siècle’, la Conférence a attiré l’attention sur le rôle des mutualités dans la réalisation de la Couverture Maladie Universelle et, plus largement, dans la mise en place d’un socle de protection sociale. Parce que « pas de justice sociale sans protection sociale » !

Un système pour tous !

L’entrée dans la Couverture Maladie Universelle (CMU) est le premier objectif. Les pays africains ont conclu des accords à ce sujet. Mais comment, en tant que gouvernement, donner la garantie que cette couverture puisse atteindre l’ensemble de la population du pays ? Surtout, si tous les habitants de ce pays ne s’enregistrent pas ? Sans parler du fait qu’avoir un emploi formel est la condition qui donne accès à la sécurité sociale ! "Ceci souligne bien le besoin général de systèmes de protection sociale accessibles à tous, même pour le fermier d’un village éloigné ou la vendeuse de poisson fumé sur un marché", a déclaré Jean Hermesse, Secrétaire général de la Mutualité chrétienne (MC), lors de la Conférence. "Ces personnes font partie de l’énorme secteur informel qui regroupe plus des trois quarts de la population africaine. Si ce groupe ’tombe du bateau’, il est difficile de parler d’un système universel !", ajoute-t-il.

Engagement collectif


Un système universel ne peut naître que d’un engagement collectif des gouvernements et de la société civile dans lequel un cadre juridique reconnaît le rôle fondamental des mutualités. Ces dernières permettent de construire une société solidaire, depuis la base, à travers leur réseau dense de villages et de communautés. Elles ne sont peut-être pas rentables, mais elles font beaucoup plus que rendre les soins de santé abordables. En discutant avec les gouvernements et les prestataires de soins de santé, elles fournissent également une meilleure gamme de soins.

L’UTM Mali comme exemple


La Conférence a mis en exergue un certain nombre de conditions pour que les mutualités soient efficaces et efficientes, telles que l’adhésion obligatoire et l’importance d’une bonne gestion. Jean Hermesse s’est révélé un excellent modérateur et Issa Sissouma (organisation partenaire Union technique de la mutualité malienne - UTM) a fourni un aperçu intéressant de la force des mutualités sur le terrain au Mali. Avec de vrais résultats, car à présent, près de 75% de la population peut compter sur la CMU.

Plate-forme de Lomé

Lors de la seconde journée de la Conférence, Valère Koffi, coordinateur thématique pour Solidarité Mondiale-WSM en Afrique de l’Ouest, a présenté le texte final de la Conférence : la Plate-forme de Lomé. Les mutualités renforcent leur vision et soulignent leur rôle prépondérant dans la réalisation de la protection sociale pour tous. Koto-Yerima Aboubakar (organisation partenaire : CONSAMUS Bénin) et Patrice Pamousso (organisation partenaire : Réseau d’Appui aux Mutuelles de Santé-RAMS Burkina Faso) ont traduit cela de manière concrète avec Pieter Van Wolvelaer (Service international de la Mutualité chrétienne). Cette deuxième Conférence Internationale de l’AIM s’est terminée par l’approbation générale de la Plate-forme de Lomé. Une déclaration collective fût adressée aux gouvernements et aux organismes internationaux concernés.

Les organisations belges comme passerelles

A la suite de la Conférence de l’AIM, six mutualités belges et ONG, dont la Mutualité chrétienne et Solidarité Mondiale-WSM, ont réuni leurs organisations partenaires africaines. Ils se sont concentrés sur la mise en œuvre de la Plate-forme de Lomé dans leur pays à partir de certaines questions : quels éléments veulent-ils d’abord aborder ?, comment peuvent-ils continuer à travailler sur la couverture maladie universelle ?... Jean Hermesse a expliqué comment le concept de ’fonds de santé’ en Belgique gagne du terrain. L’approche positive de la santé peut être trouvée dans des domaines tels que la promotion de la santé et la prévention. Ensemble, ils ont ainsi examiné le rôle des mutualités dans la réalisation d’une protection sociale étendue. Parce que le bien-être physique et mental des personnes nécessite beaucoup plus que des prestataires de soins et des médicaments.

Mia Vandenberghe (animatrice Education Solidarité Mondiale - WSM)

Sur la même thématique

It's time for Africa !

It’s time for Africa !

A la veille du Sommet Afrique-Europe, qui commence ce 30 novembre à Abidjan, les acteurs de la société civile, représentés par des syndicats africains, des mutualités et d’autres organisations (...)