Bangladesh : H&M ne garantit toujours pas la sécurité des travailleurs

Bangladesh : H&M ne garantit toujours pas la sécurité des travailleurs

17 février 2016

Alors que H&M a annoncé un profit 2015 plus élevé que prévu, achACT, la Clean Clothes Campaign et ses alliés rappellent à l’enseigne suédoise qu’elle doit faire plus pour protéger les travailleurs de ses fournisseurs au Bangladesh. En effet, d’importants retards dans la réparation des bâtiments de ses fournisseurs stratégiques au Bangladesh continuent de faire courir un danger important et imminent à des dizaines de milliers de travailleurs, qui risquent toujours leur santé et leur vie pour fabriquer des vêtements pour H&M.

La plate-forme achACT et la Clean Clothes Campaign, et leurs alliés américains International Labor Rights Forum (ILRF), Maquila Solidarity Network (MSN) et Worker Rights Consortium (WRC), tous observateurs de l’Accord sur la sécurité des bâtiments et la prévention incendie au Bangladesh, publient la mise à jour de leur rapport sur les réparations et rénovations de 32 fournisseurs stratégiques de H&M au Bangladesh. Cette actualisation, basée sur des données publiques de janvier 2016, montre qu’excepté un, tous les fournisseurs stratégiques de H&M restent en retard sur le planning prévu suite aux inspections des équipe de l’Accord et que plus de 50% n’ont toujours pas de sortie de secours adéquates.

"Après plus de deux ans et demi de mise en œuvre de l’Accord Bangladesh, chaque réparation exigée chez les fournisseurs de H&M devrait avoir été réalisée. Cependant, la triste réalité veut qu’aujourd’hui, pratiquement aucun des fournisseurs de H&M au Bangladesh ne garantit la sécurité de ses travailleurs", explique Scott Nova du Worker Rights Consortium.

Le rapport reconnait certains progrès. Bien que 37% des travaux de réparations exigées au niveau des systèmes électrique, de la structure des bâtiments ou de la prévention incendie, sont toujours en suspens, le nombre de réparations signalées comme "en retard" a diminué. Les auteurs soulignent cependant que, si cela reflète des progrès réels dans certains cas, cette situation est en grande partie due à des reports d’échéances plutôt qu’à l’achèvement de travaux de réparation.

"Nous constatons que la pression exercée sur H&M suite au premier rapport a donné lieu à certaines améliorations récentes, mais il reste encore beaucoup à faire", a déclaré Liana Foxvog du International Labor Rights Forum. "H&M doit respecter son engagement de financer significativement les rénovations chez ses fournisseurs afin de résorber les retards persistants dans le but de sauver des vies."

Les retards les plus importants sont constatés au niveau des issues de secours nécessaires pour évacuer les bâtiments en cas d’incendie. Dans 13% des usines (contre 16% en Septembre), les portes verrouillables n’ont pas encore été remplacées ; 38% des usines (contre 55% en Septembre) n’ont toujours pas remplacé leurs portes coulissantes ; et 55% doivent encore installer des portes coupe-feu et isoler leurs cages d’escaliers (contre 61% en Septembre). Chacun de ces retards peut empêcher les travailleurs d’évacuer leur usine et les laisser pris au piège en cas d’incendie, comme cela s’est déjà produit à plusieurs reprises au Bangladesh, y compris chez fournisseur d’H&M, Garib & Garib, dont l’incendie a tué 21 travailleurs.

Si en 2015, H&M a été en mesure d’augmenter son profit dans un climat extrêmement concurrentiel, l’enseigne suédoise semble par contre incapable de garantir la sécurité des travailleurs de ses fournisseurs, même si cela ne demande parfois que la simple suppression d’un verrou sur une issue de secours. Cette situation est tout simplement inacceptable.

H&M doit respecter l’Accord Bangladesh !

Sur la même thématique

Stop TTIP/CETA : on se mobilise !

Stop TTIP/CETA : on se mobilise !

Les traités transatlantiques soulèvent une contestation de plus en plus largement partagée. La Campagne belge ’STOP TTIP & CETA’ poussera la Belgique, ses représentants à l’UE et ses gouvernements (...)

Du pays noir à celui des mille collines

Du pays noir à celui des mille collines

Le 13 août 2013, neuf voyageurs s’envolaient vers le Rwanda. Actifs pour la plupart dans la région de Charleroi, ils partaient à la découverte de l’action des partenaires rwandais de Solidarité (...)

En voyage d'immersion en République Dominicaine

En voyage d’immersion en République Dominicaine

Et c’est parti ! Un groupe de 12 personnes provenant d’une part de la province de Liège en Belgique et d’autre part du Burkina Faso a décollé le 8 novembre 2018 pour deux semaines en République (...)