Combien serons-nous pour soutenir les travailleurs brésiliens ?

31 mars 2014

Nous devons soutenir les mouvements sociaux brésiliens avec la même vigueur qui a mené les Diables au Mondial.

Les futures négociations commerciales entre l’Union européenne et le Brésil (et plus largement, avec le Mercosur, marché commun regroupant le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Venezuela) doivent contribuer à résoudre ces situations totalement inacceptables. Le travail décent doit être au centre des relations entre nos pays.Mettons la pression sur nos dirigeants européens en ce sens... Réclamez avec nous des conditions de travail décentes pour les cueilleurs d’oranges : signez la pétition ci-dessous !!

« Monsieur Karel De Gucht,
Monsieur le Commissaire au Commerce,

Les témoignages de travailleurs brésiliens du secteur de la collecte des oranges, dans le dossier « Orange juice : No regard for labour rights ? », nous ont terriblement alertés et indignés.

Comme vous pourrez le lire ci-joint, ils dénoncent des conditions de travail forcé dans leur secteur. Or la plupart de ces oranges sont destinées à des pays européens comme le nôtre. Comme est-ce possible ?

Par la présente, à l’heure des négociations UE – Mercosur, nous vous interpellons, en tant que responsable pour la politique commerciale : nous vous demandons urgemment de mettre en place une politique structurelle où le travail décent pour l’ensemble des produits soit la norme. Cette revendication est aussi celle des organisations syndicales internationales et européennes !

Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire, Mesdames, Messieurs les députés, nos salutations les plus distinguées, »

Ce texte sera envoyé à :

  • Karel De Gucht, commissaire européen du commerce

Signez notre pétition "pressés comme des oranges ?!"