Congrès de la CSI : campagne internationale "decent work, decent life"

Congrès de la CSI : campagne internationale "decent work, decent life"

29 juin 2010

Le 22 juin 2010, la campagne internationale "Decent work, decent life" a organisé une conférence à Vancouver, parallèlement au 2ème congrès international de la CSI, pour faire le point sur les objectifs et les résultats de cette campagne internationale.

On the 22nd June 2010, between 6 and 7 pm, the international “Decent Work for Decent Life” campaign organized a side event in Vancouver, at the occasion of the 2nd ITUC congress.
Cet événement a été organisé par les 5 organisations qui ont lancé cette campagne, lors du Forum Social Mondial de Nairobi, Kenya, en janvier 2007 : la CSI (confédération syndicale internationale), Global Progressive Forum (GFF), Solidarité Mondiale (WSM), la CSE (confédération syndicale européenne) et SOLIDAR.

Les intervenants de la conférence étaient :

  • Sharon Burrow, actuelle présidente de la CSI
  • Poul Nyrup Rasmussen, fondateur du Global Progressive Forum et son actuel secrétaire général. C’est un ancien premier ministre du Danemark et il est actuellement membre du Parlement Européen.
  • André Kiekens, secrétaire général de Solidarité Mondiale
  • Joseph Weidenholzer, ancien professeur d’université autrichien, actuellement président de SOLIDAR, réseau d’ONG européennes actives sur le terrain du développement social.

Le modérateur de la conférence était Uzziel TWAGILIMANA, coordinateur régional des programmes de Solidarité Mondiale en Afrique, dont le bureau est basé au Bénin.

Les objectifs

L’alliance “Decent Work for Decent Life” a fait campagne pour faire du travail décent une priorité dans les politiques à tous les niveaux (national, régional, international)ainsi qu’un élément clé des politiques sociales, commerciales et de développement. La conférence a donné l’occasion aux initiateurs de cette campagne de :

  • féliciter les affiliés de la CSI et les participants issus d’autres organisations de la société civile pour leur soutien à la campagne.
  • démontrer les avancées de cette campagne aux niveaux national, régional et international
  • encourager les participants à continuer à faire campagne.

Les résultats de la campagne

Chaque participants du panel a mis en exergue un aspect spécifique de la campagne :

Pour Sharon Burrow, un des résultats majeurs de la campagne a été l’Appel à l’Action de Lisbonne, et la dissémination du concept au niveau mondial qui a suivi. Grâce à cette campagne, ces résultats purent être observés :

  • Un nouveau modèle de développement autour du concept de travail décent est reconnu au niveau international : protection sociale, droits du travail, engagement à la création d’emplois décents,...
  • Reconnaissance de la campagne par différents décideurs politiques
  • Engagement des agences de l’ONU sur l’agenda du travail décent
  • Organisation de 2 journées mondiales du travail décent (7 octobre) dans différents pays avec la participation active des membres de la CSI, ce qui a permis de populariser le concept.

Poul Rasmussen a évoqué le soutien des forces politiques progressives, ce qui a permis les résultats ci-dessus. Etant donné la crise économique globale que nous traversons, il est convaincu que la tâche n’est pas facile mais que cette lutte pour le travail décent est authentique et continuera donc de recevoir tous les soutiens nécessaires.

André Kiekens a insisté sur les résultats majeurs obtenus par cette campagne au niveau national en Belgique, grâce à l’action de Solidarité Mondiale, des syndicats et d’autres acteurs sociaux :

  • Un sondage a confirmé que 40% de la population en Belgique connait le concept de travail décent.
  • Le Parlement a voté une résolution qui fait du travail décent une question transversale dans toutes les politiques de développement.
  • Le travail décent est reconnu par le ministre de la coopération au développement comme une nécessité transversale

Les facteurs qui ont permis d’atteindre ces objectifs sont :

  • atteindre les décideurs politiques et les employeurs à travers cette campagne
  • des outils de communication adéquats avec des messages clairs
  • une alliance stratégique de différents mouvements et une bonne collaboration avec les médias.

Joseph Weidenholzer a montré que les 33 membres du réseau SOLIDAR à travers 44 pays ont été intégré dans la campagne, grâce au travail d’information dans différentes communautés, en approfondissant les structures de coalition et en organisant des événements sur le travail décent en Europe de l’Est. ’Decent work, decent life’ est un signe d’une coopération active et efficace entre des mouvements syndicaux, la société civile et les forces progressives.

A la fin de la conférence, les participants ont reconnu le besoin de continuer cette campagne à tous les niveaux, de partager les résultats et les bonnes pratiques de la campagne, de consolider les synergies d’actions entre différentes organisations sociales et de développer des alliances stratégiques avec les médias.