Semaine orange et brésilienne : accueil de Marcio Bortolucci

5 mars 2015

Du 23 au 28 février 2015, nous accueillions Marcio Bortolucci, porte-parole et avocat du syndicat des travailleurs agricoles de la région de Piranitinga (dans l’Etat de Sao Paolo au Brésil). Son programme fut chargé : conférences-débats, rencontres avec des Parlementaires belges, européens, avec des officiels de la Commission européenne, avec des acteurs du secteur du commerce équitable, du monde syndical, des ONG, de la presse…

Nous savions que notre parti-pris d’illustrer notre campagne « mouvements sociaux » avec une situation concrète où les droits des travailleurs restent bafoués était une bonne intuition.

Nous ignorions cependant l’ampleur et la dureté des violations des droits économiques et sociaux les plus élémentaires auxquelles nous serions confrontés avec son témoignage sur la situation des cueilleurs d’oranges au Brésil. A tel point que nos interlocuteurs furent nombreux à nous demander «  : «  Mais qu’est-ce que nous pouvons faire pour mettre fin à ce scandale ?  »

Deux types de suivi vont avoir lieu. D’une part, les représentants politiques rencontrés ont pris des engagements : questions ou interpellations parlementaires et attention particulière pour la question en lien avec les enjeux de commerce international, pressions diplomatiques sur le Brésil... En outre, le fait que la Commission européenne « Juncker » soit perçue comme celle de la dernière chance devrait également booster sa volonté de moraliser les mécanismes du commerce mondial.

D’autre part, comme ONG axée particulièrement sur le travail et la protection sociale, nous devons sans doute nous intéresser davantage, au sein du CNCD-11.11.11. et avec les autres organisations qui œuvrent sur les questions de commerce international, à tout ce qui touche aux filières de production, aux mécanismes de sous-traitance et à leurs conséquences et plus globalement aux clauses sociales et environnementales qui devraient encadrer l’arrivée de biens et de services sur le sol européen. Le scandale des cueilleurs d’oranges s’ajoute en effet aux drames du Rana Plaza et des autres entreprises textiles du Bangladesh ou du Cambodge, aux horreurs des minerais qui alimentent les conflits et aux catastrophes écologiques provoquées par les exploitations anarchiques du bois tropical.

Donc une semaine au rythme infernal, qui a laissé Marcio sur les genoux, mais dont les leçons devraient nous porter et nous pousser longtemps encore !

Sur la même thématique

Pour un Tout Autre Traité, d'urgence !

Pour un Tout Autre Traité, d’urgence !

Une pression citoyenne d’une ampleur et d’une diversité rare a permis de repousser la conclusion du TTIP et de rendre incertaine la ratification du CETA. En parallèle un traité visant à subordonner (...)

Qatar : la vie des travailleurs migrants compte !

Qatar : la vie des travailleurs migrants compte !

Nos partenaires syndicaux en Inde et au Népal se mobilisent déjà depuis 2014 pour améliorer les conditions de travail des travailleurs migrants au Qatar et dans les pays du Golfe. Ce 29 février, ils (...)