Louvain-La-Neuve (12/09) : Action "Fair Wear with achACT" avec les étudiants

8 septembre 2017

Mardi prochain, achACT relance son projet "Fair Wear" sur le campus de Louvain-La-Neuve en sensibilisant les étudiants sur les conditions de travail subies par celles et ceux qui produisent leur vêtements de sport, de guindailles et autres uniformes tout en leur proposant des alternatives...

En septembre dernier, achACT et le Kot Planète Terre ont lancé sur le campus de Louvain-la-Neuve le projet Fair Wear lors d’une tournée des kots. À la suite de ces fructueuses rencontres, plusieurs kots ont passé commande (le Dévlop’kot, le Kot Croix Rouge, le Kap Vert, le Kout’pouce, le Kapharnaum, les étudiants du Bac 1 Com) et la plupart sont fiers de porter le logo Fair Wear sur leurs vêtements fabriqués dans de bonnes conditions de travail.

L’AGL et le vice-recteur de l’UCL ont soutenu le projet en le diffusant auprès des différents Bureaux des étudiants (BDE) ainsi que des présidents de kots, de cercles et de régionales. D’autres kots se sont déjà engagés pour l’année prochaine. Les résultats sont donc prometteurs.

Fair Wear with achACT a pour objectif d’encourager l’achat de vêtements étudiants (pulls de kots, de cours, et autres) produits dans de bonnes conditions de travail.

Comment ça marche ?

achACT met à disposition des étudiants et collectivités intéressés une plateforme de demande de prix en ligne qui permet d’envoyer aux imprimeurs un mail-type reprenant les détails de leur commande (type de vêtements, couleurs, emplacement des logos...) et de leur demander d’imprimer exclusivement sur des vêtements provenant de fabricants membres de la Fair Wear Foundation (FWF).

Ces derniers s’engagent à respecter les droits fondamentaux des travailleurs dans leurs filières d’approvisionnement, notamment en signant un code de conduite sur les pratiques de travail, en établissant des plans d’action annuels, en fournissant un rapport public annuel sur les progrès réalisés et en se soumettant à des contrôles dans les usines (par le biais d’équipes locales) ainsi qu’à des contrôles de performance sociale de l’entreprise signataire. Il ne s’agit pas d’un label mais d’un processus progressif avec des échéances et sous un contrôle multi-partite impliquant des syndicats, des ONG et des fédérations d’entreprises.