Travailleurs domestiques et le processus normatif de l'OIT en 2010-2011

Travailleurs domestiques et le processus normatif de l’OIT en 2010-2011

30 mai 2011

Les travailleurs domestiques font partie des travailleurs les plus vulnérables au monde. Ce "policy paper" donne un aperçu de ce que font nos partenaires en matière de travail domestique et situe le processus normatif de l’OIT vers une convention en matière de travail domestique.

En Mars 2008, le Conseil d’administration de l’OIT a donné mandat à la Conférence internationale du Travail d’élaborer des normes internationales du travail pour les travailleurs domestiques. La Conférence internationale du Travail de 2010 s’est prononcée sur la norme internationale du travail et sa forme : une Convention contraignante complétée par une Recommandation non-contraignante. En 2011, la Conférence internationale va proposer aux votes l’adoption d’une Convention et d’une recommandation sur les droits des travailleurs domestiques.

Respect droits et reconnaissance - le travail domestique et le processus normatif de l’OIT 2010-2011

Le rapport thématique « Respect, droits et reconnaissance" donne, de manière générale, un aperçu du profil des travailleurs domestiques, leurs conditions de travail et l’application des normes de travail si elles existent. Ensuite, le rapport décrit la situation spécifique des travailleurs domestiques en Inde, au Niger, au Pérou et en Belgique et les actions des mouvements sociaux et des syndicats dans ces pays qui s’efforcent d’améliorer les conditions de travail de ces travailleurs.

Le rapport conclut avec les principales revendications que Solidarité Mondiale (WSM) et la CSC Alimentation et Services ont présenté aux autres délégués à la conférence, en espérant trouver de nombreux alliés qui croient en un travail décent pour les travailleurs domestiques !

Ce document va servir de base pour le plaidoyer lors de la Conférence internationale à Genève en juin 2011. Il prend la suite d’un précédent document traitant du même sujet, publié avant la Conférence de l’OIT de 2010.